Histoires de famille

English

Tôt dans la nuit du 29 octobre 2015, Jennifer Mullin s’est réveillée avec une vive douleur au dos. Enceinte d’à peine plus de 26 semaines avec des jumeaux, elle n’arrivait pas à se rendormir alors que la douleur s’intensifiait. Lorsqu’elle s’est assise dans son lit, elle a tout de suite su que quelque chose clochait.

Son époux, Tyson, l’a amenée à l’hôpital de Miramichi, Nouveau-Brunswick, où le médecin qui l’a examinée lui a dit que le travail avait commencé. Elle a été transférée d’urgence par ambulance à l’Hôpital de Moncton, où plus tard ce jour-là elle a donné naissance à ses deux filles, Chloe et Madison.

Les nourrissons, nés trois mois avant terme, semblaient en santé et se portaient bien. Puis, Jennifer a reçu un appel de son médecin, l’informant que Madison avait développé une infection et qu’il allait lui prescrire des antibiotiques. Tout au long de la journée, toutefois, son état s’est aggravé.

À l’âge de deux semaines, Madison est décédée.

« La raison pour laquelle nous avons réussi à traverser cette épreuve, c’est Chloe, nous confie Jennifer. Nous avions un autre bébé dont il fallait prendre soin. »

Chloe est restée à l’Hôpital de Moncton pendant près de deux mois avant d’obtenir son congé. Jennifer a été à ses côtés pendant tout ce temps.

« J’étais à l’hôpital tous les jours pendant que mon mari allait travailler, explique Jennifer. Je restais à Moncton chez des amis et je n’avais pas de voiture. Mes amis me laissaient en passant le matin et je restais là toute la journée. Je retournais à la maison pour y passer les fins de semaine et je revenais le dimanche soir pour recommencer. »

C’est Tyson qui a découvert la présence de la Salle familiale Ronald McDonald alors qu’il cherchait un endroit où manger à l’hôpital. Jennifer s’y est sentie immédiatement comme chez elle.

« Je suis allée à la salle familiale tous les jours pour déjeuner et dîner pendant deux mois, se souvient Jennifer. Tous les matins, je mangeais des céréales et pour dîner, je me faisais réchauffer les restants du souper de la veille. »

Jennifer a expliqué que la salle familiale l’a vraiment aidée, tant du point de vue financier que du point de vue émotionnel.

« Nous dépensions tellement d’argent pour l’essence à faire la navette entre Miramichi et Moncton. Savoir que nous n’avions pas à débourser pour la nourriture chaque jour nous a vraiment aidés, » de dire Jennifer.

Pour Jennifer, passer du temps dans la salle familiale, c’est comme visiter une maison. Elle a apprécié savoir qu’il y avait un endroit où elle pouvait aller pour s’asseoir et se reposer un peu.

« Si je n’avais pas eu cet endroit où aller, je serais devenue folle, nous confie Jennifer.  Être à l’hôpital toute la journée ne m’embêtait pas, car la salle familiale était une oasis pour moi quand j’en avais besoin. »